“Nous sommes dans l’épreuve, soyons unis dans la prière”

Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux,

s’adresse aux catholiques de Gironde suite à l’attentat commis en la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, ce jeudi 29 octobre 2020. Il revient aussi sur l’annonce, ce 28 octobre, d’un nouveau confinement pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19.

“Nous sommes dans l’épreuve,
soyons unis dans la prière”

Frères et sœurs, chers amis catholiques du diocèse de Bordeaux;

Nous sommes dans l’épreuve, d’abord à cause du drame à la basilique de Nice. Un nouvel acte terroriste vient de frapper la communauté catholique et le pays tout entier. Nous pensons bien sûr aux victimes, nous partageons la douleur de leurs familles, la douleur du diocèse de Nice et de son pasteur Monseigneur Marceau originaire de notre diocèse.
Les cloches des églises du diocèse de Bordeaux ont sonné le glas à 15h00 ce jeudi après-midi, c’est un jour de deuil. Nous le vivons dans la prière. Nous crions vers Dieu pour que cesse la barbarie, le terrorisme et la haine. Nous supplions Dieu pour la fraternité et pour la paix entre nous.
Et nous, catholique, nous continuons notre mission, elle est plus que jamais importante. Nous voulons œuvrer pour la paix dans la justice et pour la fraternité. Que la fraternité tant désirée devienne une réalité, qu’elle inspire nos choix personnels et les choix de ceux qui nous entourent et de tous ceux qui exercent des responsabilités.

Je voulais vous raconter une petite histoire, elle m’a été rapportée. C’est l’histoire d’un vieil homme, amérindien, qui parle avec son petit-fils. Il dit à son petit-fils : « Il y a en toute personne humaine deux loups. Le premier loup, c’est celui qui est porteur de la haine, de la violence, du mépris ; et puis, il y a un deuxième loup, c’est celui qui est porteur de la fraternité, de l’amitié, du respect ». Alors le petit-fils demande à son grand-père : « Papi, quel est celui qui gagne ? ». Et le grand-père répond : « celui que l’on nourrit. »

Chers amis catholiques, nous continuerons à nourrir la fraternité, le respect les uns à l’égard des autres, seules valeurs qui promeuvent la vie.

Nous sommes aussi dans l’épreuve à cause de la pandémie dû au Covid 19 et d’un retour au confinement qui vient de nous être annoncé hier par les autorités civiles. Dans nos familles, des personnes fragiles sont inquiètes pour leur santé, des parents sont inquiets pour leur activité professionnelle, et la vie de nos communautés chrétiennes est mise à mal. Certains sont même découragés, comment animer un groupe de jeunes et les réunir pendant ce temps de confinement ? Et les sacrements ? Et la nécessaire solidarité aux personnes en situation difficile?

Dimanche nous allons nous réunir pour la fête de la Toussaint, les messes sont possibles, nous allons nous réunir en pensant à nos aînés qui sont près du Seigneur. Certains de nos aînés ont connu des périodes très dures dans leur vie, ont connu l’épreuve de guerre, et ils ont tenu dans la Foi et dans l’Amour. Unis au Seigneur, ils ont fais face ensemble. Alors, c’est à la foule de nos parents ou de nos grands-parents qui nous précèdent près du Seigneur, ou de nos amis, à la foule des Saints connus ou inconnus que nous allons être unis et que nous confierons notre prière.

Au cours du dernier confinement, nous avons montré notre capacité à inventer, nous avons manifesté notre soutien aux personnes en situation de fragilité, aux personnes âgées, aux personnels soignants, nous avons vécu la Foi en acte à la suite de nos aînés. Eh bien nous continuerons cette mission.
J’encourage les plus jeunes d’entre nous à la créativité pour nous manifester à tous ceux qui vont vivre durement cette épreuve de l’isolement. J’encourage toutes les familles catholiques du diocèse à des temps de prières ensemble et nous allons poser encore davantage de gestes de fraternité et de prière. Ce sont nos seules armes.

Dans les jours qui viennent des informations plus précises vous seront données pour vivre les semaines prochaines, mais déjà en pensant à cette fête de Toussaint, je confie à Notre-Dame d’Aquitaine et à saint André, le patron du diocèse, nos personnes, nos aînés, les soignants, nos familles, notre pays.

Le jour de la Toussaint soyons unis dans la prière.

Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux